SUITE DE L'AFFAIRE DE LA LIBÉRATION D'INGRID BETANCOURT

Publié le par Anomalie

Le scoop de la Radio Suisse Romande semble avoir du plomb dans l'aile : voilà le point de vue de Jacques Thomet, l'un des spécialistes de la question colombienne, ancien correspondant de l'AFP à Bogota. Même si ce point de vue semble assez extrême, il est intéressant de le porter à la connaissance de nos lecteurs. 


LE DELEGUE DES FARC A GENEVE A DUPE LA RADIO SUISSE POUR DISCREDITER L’OPERATION DE LIBERATION D’INGRID BETANCOURT

5 JUILLET 2008 


Je reviens sur la scandaleuse remise en cause par cette radio suisse romande (qui m’a encore interviewé avant-hier) du spectaculaire succès de l´opération “Echec” qui a permis la libération de 15 otages des FARC, dont Ingrid et les 3 Américains, par un commando militaire colombien. 

La radio a été manipulée par le délégué en Suisse des FARC. Sur ce blog, vous trouverez l’interview donnée par ce guérillero, autoproclamé “ambassadeur des FARC en Suisse”, au quotidien Le Temps de Genève, en mars 2007. 

Tous les éléments, dans la version de la radio suisse qui parle de “montage” des Colombiens, de paiement d’une rançon de 20 millions de dollars aux FARC, sont faux. Ils sont la traduction de ce que disent les FARC depuis 24 heures sur leurs sites comme ABP.0

1-    Cette opération a été préparée depuis plus d’un an, et pas en 5 minutes ! Je vous ai révélé dès avant-hier qu'il y a un mois et demi le commando avait approché les 3 Américains mais n'était pas intervenu car Ingrid n'avait pas été vue. Les militaires avaient redouté que des rebelles tuent Ingrid si le commando sauvait les Américains. Je n'avais pas publié cette information, reçue de mes hautes sources en Colombie, pour ne pas faire échouer l'opération en cours de préparation.

2-     La video du sauvetage montre les 46 guérilleros restés à terre, en faction autour de l’hélicoptère et armés jusqu’aux dents de Kalachnikov !

3-    Ingrid elle-même a révélé combien César, son geôlier, avait les yeux pleins de “terreur” quand il a été muselé dans l’appareil. 

4-    La radio invoque les problèmes politiques internes du président Alvaro Uribe qui expliqueraient que cette opération soit un montage ! La radio dit qu’Uribe avait demandé un referendum pour être réélu en 2010. Ce média ne connaît pas les faits, ce qui est grave. Uribe a proposé un referendum la semaine dernière pour confirmer son élection  triomphale de 2006, mise en cause par la Cour suprême sous la pression des alliés de la guérilla infiltrés dans cette institution. 

5  - La radio soutenait sa thèse en insistant sur l'absence de vidéo de l'opération pour la mettre en doute. Cette vidéo a été publiée cette nuit !

6-  La somme de 20 millions de dollars est ridicule et absurde : jamais les FARC n'auraient libéré leur trésor de guerre, Ingrid. Et comment imaginer 20 millions quand les FARC avaient demandé 500 millions de dollars en 2003 à la France ?



Commenter cet article

Anomalie 05/07/2008 21:59

Lu sur Rue89, par Antoine Perret, jeune chercheur à Bogota

Le scénario de l'opération "parfaite" est possible. Comme celui de la mascarade.
La version officielle évoque une infiltration au plus haut niveau chez les Farc, de faux ordres et un montage hollywoodien. En termes militaires, avec la technologie présente et les capacités actuelles des militaires colombiens, l’opération est parfaite mais possible, même si plusieurs détails laissent à penser qu’elle ne s’est pas exactement passée comme le prétend le gouvernement colombien.
Fin mai, le président Uribe annonçait qu’un groupe de guérilleros des Farc, qui détenait Ingrid Betancourt et d'autres otages, étaient prêts à les relâcher contre leur immunité et une récompense. L’idée entre parfaitement dans la politique de "récompense contre démobilisation" mise en place par le gouvernement colombien.
Il est donc largement probable que l’opération ait été négociée avec un petit nombre de guérilleros. La Radio suisse romande confirme ce vendredi cette version, évoquant une libération contre le versement d'une somme de 20 millions de dollars.
Cette version est tout aussi probable que la première, et chaque camp, détracteur ou admirateur du président Uribe, croira celle qu’il préfère. Mais contrairement à ce que prétend la RSR, si Uribe l’a acceptée c’est n’est surement pas pour "redorer son blason", sa popularité en Colombie est telle que la question est plus de savoir combien de temps il voudra rester, que de savoir s’il va être réélu ou non.
Si on préfère cette dernière version, l’opération de sauvetage militaire peut alors être considérée comme une mascarade. Mais ce montage a aussi son intérêt: il a permis la libération des otages sans effusion de sang et sème le doute au sein de la guérilla.

Anomalie 05/07/2008 15:48

Le scénariste ? Pas Spielberg, en tout cas :-)

bel 05/07/2008 15:22

L'armée colombienne sous les ordres du généralissimo Sarkozy délivre Ingrid Bétancourt et ses compagnons en payant une rançon à leurs ravisseurs.Si le producteur est français,le réalisateur colombien alors qui est le scénariste?

Anomalie 05/07/2008 14:45

Personne (en tout cas, pas sur ce blog !) ne cherche à salir : nous faisons état d'une information, et nous avons bien précisé toutes les précautions à prendre quant à sa véracité. Ne pas s'emballer : ni dans un sens, ni dans un autre. Ce n'est pas la première fois que des supputations viennent se nicher dans les zones d'ombre de récits de libération. Reste que la politique de primes versées aux FARC pour désorganiser, avec succès, le mouvement et y faire régner la suspicion, ainsi que le précédent de manipulation médiatique constitué par le faux-attentat contre Alvaro Uribe en 2002, peuvent accréditer sinon le scoop de RSR, au moins sa "plausibilité". Il n'y a aucune raison de ne pas en discuter, et de jeter par idéologie une chape de plomb sur cette affaire.

Nous suivons cette affaire, et rassurez-vous, nous serons les premiers à rendre compte de la réfutation de cette information s'il y a lieu.

agathe 05/07/2008 14:21

Pourquoi faut il toujours chercher à tout abimer
elle est libre .-
elle a tant mérité cette libération
une chose superbe arrive et il faut salir, noircir. . .