NIGERIA : JOS, EN PROIE À LA PARANOÏA, SE PRÉPARE À « LA GUERRE DE RELIGION »

Publié le par Anomalie

nigeria-split.jpgAprès ce que les Nigérians nomment désormais « le dimanche sanglant », la psychose et la paranoïa se sont emparées de la ville de Jos. Les musulmans redoutent des représailles sanglantes et fantasment une « guerre sainte » lancée par les Chrétiens pour les chasser définitivement du Plateau, tandis que les Chrétiens s’enivrent de rumeurs folles et attribuent au « djihad » les massacres du week-end dernier. Les apparences deviennent évidences, et les pousse-au-crime se frottent les mains : l’émotion, la rage, la haine, valent toutes les campagnes de recrutement. Les nuances se font suspectes, les palettes de gris s’estompent jusqu’à ne laisser que le noir et le blanc. Que les musulmans « s’emparent » de Jos, et alors le Nord déferlera sur le Sud et établira la charia sur l’ensemble du pays, clament les uns. Que les Chrétiens s’acharnent sur les Fulani, et alors tous les non indigènes du pays, les nomades, les éleveurs, seront assimilés à des djihadistes en puissance et exterminés de manière indiscriminée, avertissent les autres. Il semble loin le temps où le Plateau de Jos était considéré comme le havre de paix du pays. Si loin et pourtant si proche, à peine une génération. La région où les musulmans et les Chrétiens vivaient en bonne intelligence, le lieu où la haute bourgeoisie aimait passer ses week-ends et scolariser ses enfants. À l’entrée de Jos, qui a longtemps développé une industrie touristique florissante, un grand panneau présentait cette cité comme la « capitale de la paix et de la tolérance ».

Aujourd’hui, chrétiens et musulmans ne se mélangent pratiquement plus. En périodes de conflits, les minorités religieuses et ethniques savent qu’elles seront massacrées si elles ne regagnent pas au plus vite les quartiers où elles sont majoritaires. Un peu partout au Nigeria, les divisions s’accentuent. Oui, il semble loin le temps où les familles abritaient les confessions les plus diverses. Un frère musulman. Une sœur chrétienne. Des conversions en cascade pour un oui pour un non. Pour un mariage, parfois pour une simple fête. C’était le temps où des présidents aussi changeaient de religion : ainsi l’ex-président Olusegun Obasanjo avait été musulman avant de devenir chrétien. Sans que cela ne gêne personne. Mais depuis que les contentieux économiques, sociaux, et tribaux se sont envenimés, la religion est venue prêter main-forte aux revendications foncières auxquelles elle sert de bannière de ralliement. L’islam et le christianisme se sont raidis, se sont retranchés dans leurs bastions maximalistes. L’islam soufi, traditionnel au Nigeria, résiste comme il peut à l’écume de la vague salafiste qui, venue du Nord, menace de souiller sa tolérance légendaire et son syncrétisme. L’instrumentalisation du religieux par le politique a simplifié les enjeux à l’extrême, pour opérer la mobilisation émotionnelle la plus large possible. En réduisant la complexité à sa plus simple expression identitaire, les extrémistes ont tenu le langage de la facilité, celui qui est immédiatement compris par tous, puisque son écho rebondit sur les parois d’une raison lavée par l’exaltation. Au Nigeria, comme partout ailleurs, le pire ennemi du fanatique est d’abord le modéré de son propre camp. La radicalisation islamiste menace en premier lieu l’islam haï des soufis, tandis que le pas de l’oie des miliciens chrétiens piétine la croix et brandit le poignard.

Jos-village.jpg

[Le Monde, 12 mars 2010 | Jean-Philippe Rémy] Comment Jos, perle du Nigeria, réputée pour son climat et ses universités, en est-elle arrivée à attendre, le cœur battant, d’être emportée par la haine interreligieuse ? Depuis le « dimanche sanglant » du 7 mars, où les habitants d’un groupe de hameaux proches de Dogo Nahawa, à la périphérie de la ville, tous d’ethnie Berom, majoritairement chrétiens, ont été massacrés par des éleveurs Fulani musulmans, Jos attend la réplique des Berom, qui se préparent à la vengeance dans un climat de guerre de religion.

La ville, capitale de l’Etat du Plateau, dans le centre du pays, vit en état de siège. Des militaires en tenue de camouflage ont monté des positions de tir dans les rues. Ils patrouillent à bord de blindés. Un couvre-feu sévère est imposé, douze heures par jour. À Dogo Nahawa, les assaillants ont été décrits par les survivants comme des « bergers » de l’ethnie Fulani qui, avec les Haoussas, forment le gros des musulmans de la région, la ceinture centrale du pays, située au contact d’un nord majoritairement musulman et d’un sud à dominante chrétienne. Jos a fait partie de la zone d’influence du sultanat de Sokoto, plus au nord, avant la colonisation, avec une tradition de résistance à l’islamisation, avant de devenir une capitale régionale pour les missionnaires chrétiens dès le début du XXe siècle. Depuis les années 1990, des tensions sont nées entre communautés, sur fond de rivalités politiques. En 2001 s’est ouvert un cycle de violences. Des milliers de morts, déjà, lors d’épisodes qui semblent s’accélérer.

À Dogo Nahawa, la brutalité de la dernière attaque saute aux yeux. Les morts ont été enterrés dans des fosses communes à la sortie de ce village qui, peu à peu, est rattrapé par l’agglomération de Jos dont la population a doublé en dix ans. Les assaillants ont méticuleusement incendié plusieurs dizaines de maisons, avec de l’essence qu’ils avaient apportée, essayant d’y piéger des habitants. Ceux qui fuyaient étaient abattus à la machette, au couteau, parfois par balles. Dans la parcelle du pasteur Lawrence, l’un des multiples prêcheurs chrétiens des environs, Jonah Joseph, son adjoint, marche dans les cendres. Autour de la cour, huit maisons étaient alignées. Une seule a échappé à l’incendie méthodique des Fulani. Au fond de la cour, la petite porte en tôle donnant sur les champs a été tordue par la rage de l’incendie. C’est elle qui a sauvé la vie à dix-huit femmes. « Elles ont été enfermées dans une des chambres et ils ont mis le feu. C’est par la grâce de Dieu qu’elles ont réussi à sortir des flammes », explique sombrement Jonah Joseph. Deux cents morts en deux heures. Pour arriver à cela, Jonah l’affirme, il y avait des « complices » dans le village. Comme d’autres habitants, il dit avoir reconnu parmi les assaillants l’un des trois habitants Fulani du village, qui se faisait appeler Bakassi. Dans sa maison épargnée par les incendiaires, les hommes assurent avoir trouvé des photos de Bakassi en uniforme dans un camp de « djihadistes ».

Burnt-body-of-mother-and-child-in-Jos.jpg

Ces clichés, bien sûr, restent introuvables, mais le ton est donné. Peu importent les faits, la grande conspiration ne fait aucun doute. Une lettre circule, un « message secret » photocopié qui serait « tombé de la poche » d’un assaillant, selon Isaac. Dans un mauvais anglais, ses auteurs y expriment leur intention de « prendre la terre des Chrétiens », et au passage, « d’informer le Hezbollah (sic) de tout ce que nous avons fait ». Et tant pis si ce papier « miraculeux » est un faux grossier ! Il passe de main en main, comme une preuve de la grande confrontation à venir. Qui l’a fabriqué ? Qui le diffuse ? Les habitants de Dogo Nahawa ne sont pas d’humeur à répondre à ces questions. La veille, ils ont tenté de lyncher deux journalistes musulmans. Ils refusent aussi d’admettre que Dogo Nahawa comptait, il y a peu, une paisible population Fulani, qu’ils ont méthodiquement massacrée en 2001 comme partout dans les environs. La première épuration ethnico-religieuse de Dogo Nahawa avait donc visé des Fulani et des Haoussas, femmes et enfants compris, fort opportunément accusés de « préparer un djihad ».

Muhammad Nuru Abdullahi, président de la branche locale de l’Association Miyetti-Allah des éleveurs du Nigeria, représentant les Fulani, est obligé de se cacher à Jos. « On cherche à me tuer comme si j’étais responsable de ce massacre. Mais je les condamne, ces tueries ! ». Il a constitué ses listes, celles des destructions de 2001 : 240 personnes massacrées, 12000 vaches volées, des familles chassées de toute une région. Depuis, assassinats et expulsions se poursuivent. La raison ? « La terre et la politique », dit-il. Le sol nigeria-religion-courrier-international.gifest fertile, il contient des minerais, cassitérite et coltan. De plus, le vote s’établissant sur de complexes pactes ethnico-religieux, la bataille pour contrôler des gouvernements locaux est ouverte. C’est cette bataille qui tue, en réalité, à Jos. Dans les villages avoisinants, dans les quartiers pauvres de la ville, on croit pourtant se battre pour sa foi. L’armée, commandée par des officiers musulmans, est vomie par la population Berom. « Les soldats ? Des complices de ceux qui nous tuent », s’enflamme Isaac Pam, un habitant de Dogo Nahawa au milieu des youths, les jeunes miliciens déterminés à faire payer cher leurs morts. Les muscles sont prêts. Les achats d’armes augmentent, comme ceux d’outils agricoles contondants, affirme une source bien informée de Jos. Les salariés de la ville sont appelés à cotiser pour les milices de leur communauté. Les esprits aussi sont soigneusement préparés.

En ville, un film circule sur les téléphones dans les milieux Berom. Un montage d’images du massacre de Dogo Nahawa, n’épargnant aucun détail, avec le mot « génocide » clignotant en surimpression. L’expression se répand, diffusée par des théoriciens Berom. « C'est un djihad. Ils veulent nous détruire. Plus de mille combattants vont bientôt passer à l’action pour éliminer tous les Chrétiens du Plateau, puis du Nigeria. Ils veulent tremper leurs Corans dans la mer ! », s’excite Toma Jang Davou, ex-membre de l’assemblée locale, dans un coin discret de la ville. « On va les chasser, les musulmans. Nous sommes forts et nombreux. Pour nous, ce sera facile de reprendre le nord du Nigeria, comme Hitler avait envahi la Pologne ». Ces élucubrations, à Jos, sont prises pour argent comptant dans une ville où les églises de toutes obédiences sont au porte-à-porte, et où la légende s’est répandue que le nom de la ville était l’acronyme de « Jesus Our Saviour » (Jésus notre sauveur). Le gouverneur, Berom, pasteur, a appelé à « trois jours de jeûne » pour se repentir après les violences. De mystérieux correspondants nous appellent sur notre portable pour nous enjoindre de prier ou de « regarder le soleil (sic) », où doit apparaître « un signe ». Jos a peut-être perdu la tête, mais pas la foi.



Publié dans Islam et islamisme

Commenter cet article