FRÉDÉRICK SIGRIST TRIOMPHE À L’OLYMPIA

Publié le par Anomalie

 


Quelle soirée ! La deuxième édition du Point Virgule fait l’Olympia, le 26 mai, dans une salle comble et électrique, a consacré la prestation de Frédérick Sigrist, plusieurs fois interrompue par des applaudissements. Son one man show était d’autant plus remarquable qu’il était le seul, parmi un panel d’humoristes d’une rare qualité, sur un créneau plutôt casse-gueule, la politique. Mais son sens de la formule, ses jeux sur les mots, son anticonformisme et son érudition ont d’emblée emporté un public hilare. Frédérick Sigrist nous confiait dans les loges, à l’issue du spectacle, que l’Olympia était un monstre : face à cette salle, seul sur une scène dix fois plus large que celle du Point Virgule, le public semble rire d’une seule bouche et grogner d’une seule voix, comme un géant, comme un Golem. Impressionnant. D’autant plus que l’Olympia marque généralement un palier dans une carrière ; salle mythique, aux allures de Temple, on pourrait en dire la même chose que Venise, faire l’Olympia et mourir !


Mais il faudra attendre encore un peu : Frédérick Sigrist enchaîne en effet les projets d’écriture et de mise en scène, prépare une tournée dans nos belles provinces, et l’on s’attend désormais à une couverture médiatique digne de ce nom, après des années de travail acharné et de précarité (lire l’article de Rue89 : Frédérick Sigrist ou la dure vie d’un humoriste à Paris). Il y a deux semaines, c’était un reportage dans Combien ça coûte (oui oui, l’émission poujadiste de TF1 pour contribuables et associés !), et cette semaine, c’est la couverture de Télérama, excusez du peu !


On lui pardonne donc aisément de se faire rare dans nos colonnes ces derniers temps !





POUR EN SAVOIR PLUS



LES CHRONIQUES DE FREDERICK SIGRIST POUR NOUVEAU MONDE INFO

 

 

Publié dans Cinéma

Commenter cet article