ÉGYPTE : CHASSE AUX PORCS… ET AUX COPTES

Publié le par Anomalie

 

On savait déjà que les symptômes de la fièvre médiatique étaient bien plus dommageables pour l’intelligence que ceux de la grippe porcine (grippe A, nous somme-t-on de dire). Lessivées par des heures de reportages alarmistes plus contradictoires et abscons les uns que les autres, les foules gagnées par la psychose stockeraient, si elles le pouvaient, des doses de tamiflu comme les vieux grognons stockent du sucre à chaque évocation d’un mouvement social. Les mines contrites des journalistes en disent long sur la jouissance à peine refoulée d’avoir trouvé là LE sujet catastrophiste du printemps pour remobiliser des téléspectateurs à peine remis du matraquage quotidien sur « la crise ». Pourtant, ne nous plaignons pas trop. En Égypte, c’est bien pire : cette psychose, savamment instrumentalisée par un pouvoir soucieux de donner des gages aux Frères Musulmans, s’est muée en une véritable guerre contre la minorité chrétienne du pays, vivant de l’élevage de porcs. Récapitulons.


Les autorités égyptiennes ont unilatéralement décidé, la semaine dernière, de l’abattage systématique du cheptel porcin du pays, soit 250.000 têtes ! Or, selon Bernard Vallat, directeur général de l’organisation de la santé animale (OIE), « les élevages de porc ne sont pas, jusqu’à preuve du contraire, responsables de l’épidémie de grippe. Par ailleurs, Keiji Fukuda, directeur général de l’OMS, a déclaré mercredi que son organisation n’avait connaissance d’aucune personne contaminée par des porcs ». L’OMS, consternée, ne peut que rappeler l’inanité d’une telle mesure, aucun cas de grippe n’ayant été décelé en Égypte. Pire : le virus A H1N1 ne se transmet pas en consommant du cochon, mais d’homme à homme, ou d’homme à animal ; on a même le cas, au Canada, d’un pauvre pourceau infecté par son éleveur, un hominidé bien comme il faut ! En cherchant un peu, il n’est pas bien compliqué de saisir les dessous d’une telle mesure : la psychose liée à la grippe A a été savamment instrumentalisée par les islamistes pour franchir un palier supplémentaire dans les exactions commises à l’encontre des coptes. Il s’agit donc ni plus ni moins d’une nouvelle persécution religieuse déguisée en mesure sanitaire. Et voici désignés par avance les boucs émissaires d’une éventuelle future épidémie de grippe « porcine ». Le Coran est très clair sur le sujet : le porc est un animal « impur », vecteur de maladies, sa « chair est une souillure », et le musulman doit se conformer au commandement d’Allah. Soit, rien à y redire. Les Juifs aussi s’abstiennent de consommer du porc, comme le prescrit le Lévitique. Le problème est que cette mesure d’abattage systématique des porcs est une tentative masquée d’islamisation forcée des non musulmans d’Egypte. « Car au-delà des porcs, c’est bien sûr la communauté copte tout entière qui est accusée dans un même mouvement d’être sale, physiquement sale, et spirituellement impure. Les plans spirituels et corporels sont confondus dans les accusations portés contre ces intouchables en terre d’islam à qui l'on reproche aujourd’hui à demi-mot de propager une maladie mortelle en provenance de l’étranger. En pratiquant une religion « étrangère », la religion chrétienne, les coptes participent de cette transgression spirituelle des frontières religieuses tandis que le virus s’affranchit des frontières physiques et politiques. Plus généralement, notons que la contagion spirituelle que l’on reproche sans cesse aux chrétiens (accusés de prosélytisme) dans les pays musulmans trouve ici son équivalent strict sur le plan corporel. La preuve de l’impureté des chrétiens, ces agents de l’étranger, est enfin faite grâce à ce virus, manifestation tangible de la nocivité des chrétiens pour l’Oumma. De même, cette maladie, du point de vue des musulmans, en ce qu’elle vient d’Amérique et qu’elle implique d’une façon un peu obscure le porc, peut être considérée comme un juste châtiment de Dieu à l’encontre des mécréants occidentaux, et de leurs représentants locaux les chrétiens coptes qui n’élèvent et ne mangent pas du porc par hasard » (le blog modernologue).

 





Si, officiellement, l’Egypte tolère dans sa constitution les autres religions que l’islam, dans la pratique, l’islam égyptien, qui compte des prédicateurs parmi les plus fanatiques, supporte de moins en moins qu’une fraction, pourtant minoritaire, de la population ne suive pas dans tous les domaines, y compris culinaires, les directives de la religion musulmane.  Les chrétiens coptes, estimés à 12 millions de personnes, sont les seuls habilités à élever et consommer du porc dans un pays que les islamistes considèrent comme terre d’islam.  Le 3 mai dernier, des affrontements ont opposé des éleveurs et des policiers venus pour abattre leur cheptel porcin, dans le quartier cairote de Moquatam, où vivent environ 35 000 chrétiens, pauvres parmi les pauvres, discriminés par la majorité musulmane. Les fameux « chiffonniers du Caire » si chers à Sœur Emmanuelle, qui survivent en triant les monceaux d’ordure de la mégalopole, sont pratiquement tous coptes. Finalement, les islamistes ont eu gain de cause, dans la mesure où la décision d’abattage vise à ce que les coptes (ainsi que toutes les autres minorités religieuses, athées ou agnostiques) d’Egypte obéissent aux tabous alimentaires d’une religion qui n’est pas la leur. Comme il était difficilement envisageable pour le gouvernement égyptien de leur interdire de manger du porc, il se contente de sauter sur cette occasion épidémiologique imprévue pour supprimer tout leur approvisionnement en porc sous un faux prétexte. Les islamistes des frères Musulmans, bêtes noires d’un pouvoir qui ne cesse cependant de les amadouer à des fins de paix sociale, ont depuis longtemps lancé un djihad de l’ombre, discret mais méticuleux, contre la minorité chrétienne autrefois florissante. Rappelons simplement que les coptes sont les descendants des populations autochtones de l’Egypte antique, convertis au christianisme au Ier siècle, dont la langue actuelle est la seule survivance de celle parlée au temps des pharaons. Le nom même de copte, qui est une déformation linguistique de Kuptios, du grec Aeguptios, a donné son nom au pays, l’Egypte.


Les coptes subissent depuis près d’une décennie un regain de violences islamistes : conversions forcées, interdiction des mariages mixtes, commandos punitifs dans des villages chrétiens, pillages de commerces, représailles si les églises font sonner leurs cloches, fusillades, attentats… Les musulmans sont également victimes de cette radicalisation : menaces de mort à l’encontre des libéraux, interdiction de l’apostasie, pogroms contre la petite minorité bahaï, infiltration massive des fanatiques des Frères Musulmans dans les sphères judiciaires et politiques… Le pouvoir central n’échappe aux islamistes que par la main de fer d’Hosni Moubarak. Mais pour minimiser les violences sociales et religieuses, le président se doit de donner régulièrement des gages aux Frères Musulmans, qui tiennent la rue. Les minorités sont les premières sacrifiées sur l’autel de cet équilibre précaire.



Source : Riposte Laïque / Adaptation : Anomalie pour Nouveau Monde Info



POUR EN SAVOIR PLUS

 

 

Publié dans Islam et islamisme

Commenter cet article

Anomalie 21/05/2009 11:22

Le massacre des porcs choque l'opinion publique égyptienne
Le Caire, Tangi Salaün 20/05/2009 
Crédits photo : AFP PHOTO/STR
L'extermination des cochons à coups de barres de fer et de produits chimiques provoque l'indignation générale.
Des dizaines de cochons déversés vivants par un tractopelle dans la benne d'un camion, avant d'être aspergés de produits chimiques qui les tuent lentement : ces images extraites d'une vidéo diffusée sur le site du journal indépendant al-Masry al-Yom ont suscité des réactions indignées en Égypte, y compris parmi les dignitaires religieux musulmans.
Décidée dans le cadre de la campagne de prévention contre la grippe A (H1N1), l'élimination du cheptel porcin était jusqu'alors présentée comme respectant les normes sanitaires et les valeurs du pays. Mais c'était compter sans la saturation des rares abattoirs habilités à abattre les porcs, dont la viande ne doit pas voisiner avec celle des autres animaux. Quelque 90 000 cochons auraient été tués depuis trois semaines, alors que le cheptel est estimé entre 250 000 et 300 000 bêtes. Un casse-tête pour les autorités vétérinaires et sanitaires, qui ont reconnu que l'opération pourrait prendre plusieurs mois.
«Stupidité humaine»
Pour accélérer le processus, certains semblent donc avoir opté pour des méthodes plus expéditives : «Les cochons sont recouverts de produits chimiques, on les laisse pendant 30 à 40 minutes, jusqu'à ce qu'ils meurent, puis on les jette dans la fosse», témoigne dans la vidéo le responsable de la décharge de Khassous, près du Caire, où la scène a été filmée. Quant aux porcs conduits aux abattoirs, ils sont souvent tués à coups de barres de fer, rapportent d'autres journaux. Plusieurs associations de protection des animaux ont annoncé qu'elles allaient porter plainte contre les responsables de l'abattage, notamment le ministre de l'Agriculture.
La décision d'abattre l'ensemble de son cheptel porcin avait déjà valu à l'Égypte des critiques des autorités médicales internationales, qui ont jugé cette mesure «inutile» pour protéger le pays contre l'épidémie de grippe A. Elle a aussi provoqué la colère d'une partie de la communauté copte, qui y a vu une mesure discriminatoire. Mais, cette fois, l'indignation est largement partagée. 
Interpellé par un député copte sur le «massacre» des porcs, le président de l'Assemblée du peuple, Fathi Sorour, a reconnu de son côté que l'abattage devait se faire «dans le respect des droits des animaux et d'une façon civilisée», sans pour autant remettre en cause la décision du gouvernement. Une décision qui, selon l'éditorialiste vedette Salama Ahmed Salama, relève pourtant plus «de la stupidité humaine que de la maladie des porcs».

Anomalie 19/05/2009 11:13






Special Dispatch - No. 2359


May 15, 2009
No. 2359






Egyptian Religious Endowments Ministry Official: The Pigs Living Today Are Descended from Jews – And Must Be Slaughtered

According to a May 9, 2009 report in the Jordanian Arabic-language news website www.factjo.com, the superintendent of da'wa affairs at the Egyptian Ministry of Religious Endowments, Sheikh Ahmad 'Ali 'Othman, has issued a fatwa stating that all pigs living today are descended from Jews and must therefore be slaughtered.
Following are excerpts:
Sheikh 'Othman: The Jews that Allah Turned into Swine Were the Forefathers of Today's Pigs
According to the website, Sheikh 'Othman states in his fatwa that all pigs are descended from the Jews whom Allah transformed into apes, swine and worshippers of Satan, and must therefore be slaughtered. He bases this on Koran 5:60: "Shall I point out to you something much worse than this, [as judged] by the treatment it received from Allah? Those who incurred the curse of Allah and His wrath, those of whom some He transformed into apes and swine, those who worshipped Satan - these are [many times] worse in rank, and far more astray from the even path!"
The report states: "'Othman argues that this verse [refers] to the people of Moses, and that [Muslim commentators] Ibn Kathir, Al-Tabari and Al-Qassimi bring proof of this in their books. He [also] points out that there are two schools of thought on this among the Koranic commentators: One opinion states that the Jews whom Allah turned into swine remained that way and died without multiplying, while the other says that they did multiply and that their descendants are still alive today.
"In support [of the latter opinion], the sheikh quotes hadiths in which the Prophet describes one of the signs that will herald the arrival of Judgment Day: The Jews will turn into pigs and will then be swallowed up by the earth."
The report quotes 'Othman as saying: "I personally tend to believe that the pigs living today are descended from those Jews, and that is why Allah forbade us to eat them, saying, 'Forbidden unto you [for food] are carrion and blood and swineflesh [Koran 5:3].' In addition, one of the things that Jesus will do when he returns to earth on Judgment Day is kill all the pigs, and that is proof that they are descended from Jews. All the pigs on earth will be destroyed by Jesus on Judgment Day."
'Othman also says that "he who eats pork is like one who eats the bread of an impure man," and that "the divine religions, [namely] Christianity and Judaism in their undistorted [form], forbid the eating of pork."
According to the report, 'Othman claims that his fatwa is supported by some senior Al-Azhar sheikhs, who are afraid to express their opinion in public. 'Othman is quoted as saying: "I have presented my fatwa to the [Al-Azhar] Academy of Islamic Research, in order to obtain a clear opinion about it, but I have not yet received a [formal] reply. This is because [Al-Azhar] is afraid to issue such a fatwa, which may cause the ulema to be accused of antisemitism."
 
Al-Azhar Fatwa Committee Head: 'Othman's Statements Are Untrue
The report also presents the response of Sheikh 'Ali Abu Al-Hassan, head of the Al-Azhar Fatwa Committee. He calls 'Othman's statements "untrue," saying: "When Allah punishes a group of people because they have incurred his wrath, the punishment applies only to them. When Allah was angry with the people of Moses, he turned them [and only them] into apes and pigs. It was an unusual punishment, meant to serve as a deterrent to others. But [those apes and pigs] died, and did not multiply, as Sheikh Ahmad 'Ali 'Othman claims." 




Abraham Soubrie 12/05/2009 16:33

Bonjour ,Merci , pour toutes ces infos ... çA Phot ' Aux Yeux ...!A+ de vous relire , Sincère Salutations ... Abraham . S