QUAND LES NÉOCONSERVATEURS NOUS FONT RIRE !

Publié le par Anomalie

 

Les arguties néoconservatrices nous donnent, il est vrai, bien plus souvent l’occasion de nous désoler que de rire… Aussi ne boudons pas notre plaisir quand un blogueur néoconservateur nous fait profiter d’une incroyable galéjade, à laquelle il semble pourtant croire dur comme fer ! Dans un article d’une indicible idiotie, le site « La pensée néoconservatrice » franchit allègrement le Rubicon du ridicule, et assène avec aplomb cette perle rare qui mériterait d’être sertie pour les générations futures : « Obama va régner 4 ans ! 4 longues années où l’islamisme risque de relever la tête ». Vous avez bien lu : « où l’islamisme risque de relever la tête » ! Ce qui sous-entend, en toute logique, que durant les huit années passées, il l’avait baissée, la tête ! Et ce, sous-entendu là aussi, grâce à l’action de George W. Bush, le plus grand président que les Etats-Unis aient connu !


Sans rentrer dans les détails d’une liste exhaustive qu’il s’avérerait bien vite fastidieux de dresser, quelques petites piqûres de rappels ne semblent pas inutiles, devant l’ampleur de la myopie confondante ici exprimée.

 

L’Irak « libérée » devait devenir un modèle démocratique pour la région duquel s’inspireraient les peuples voisins. Remember ? Résultat : Tout l’inverse ! En Iran, Mahmoud Ahmadinejad, représentant de l’aile la plus radicale de la classe politique iranienne, est élu à la présidence du pays et s’approche doucement de son objectif nucléaire. Au Liban, le Hezbollah a acquis une aura suffisante pour mener à bien son « coup d’Etat » institutionnel et s’imposer comme le pivot de la vie politique du pays. Dans la Bande de Gaza, le Hamas a éliminé dans le sang l’Autorité Palestinienne pour ériger un Etat-confetti totalitaire, avant de se faire adouber par son peuple, tandis que l’islamisation gagne progressivement la Cisjordanie. En Egypte, seules des fraudes électorales massives ont permis à Hosni Moubarak d’éviter un raz-de-marée islamiste. Au Koweït, l’Alliance Islamiste a obtenu son meilleur résultat électoral de l’histoire du pays. En Somalie, des clones des talibans s’apprêtent à prendre les rênes du gouvernement central. En Afghanistan et au Pakistan, les talibans se réorganisent depuis le sanctuaire tribal du Waziristân et, comble de l’inefficacité des bombardements aveugles de l’OTAN, gagnent à nouveau le soutien d’une population qu’ils ont martyrisé voilà 10 ans à peine. La déstabilisation menace l’ensemble de la région : le Pakistan connaît depuis 2007 une vague terroriste sans précédent (plus de 1400 morts). Al Qaida est devenue plus puissante qu’en 2001 dans la région ! L’organisation d’Oussama Ben Laden a en outre réactivé sa branche yéménite et multiplie les attentats dans le Golfe d’Aden. Al Qaida a également réorganisé les combattants islamistes algériens du GSPC (Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat) autour d’une structure satellite, l’AQMI (Al Qaida pour le Maghreb Islamique). En Irak, des attentats quasi-quotidiens jusqu’en 2007 ont provoqué la mort de dizaines de milliers de personnes ; depuis 2001, la liste des villes meurtries est interminable : Bali, Londres, Madrid, Casablanca, Istanbul, Mombasa, Riyad, Jakarta, Moscou, Karachi, Islamabad, Lahore, Beyrouth, Damas, Essentouki, Beslan, Le Caire, Charm el Cheikh, Delhi, Bombay, mais aussi les Philippines, le Nigeria, l’Algérie, le Yémen, la Mauritanie… Mais arrêtons là : la liste est trop longue… 2008 signe un triste record : celui du nombre d’attentats islamistes le plus élevé de l’Histoire ! Or 2008 a battu le record de 2007, qui lui-même battait déjà le record de 2006 ! Édifiant !


Voilà ce que d’inénarrables propagandistes prêts à toutes les mystifications pour sauver leur engagement total auprès de George W. Bush appellent : « les islamistes avaient baissé la tête » ! Tant d’aveuglement (ou de cécité volontaire, ce qui est pire…), de sottise crasse, d’ignorance feinte ou réelle, de désinformation, inspire tout de même une certaine forme de respect ! On se moque, mais il fallait oser, tout de même ! Il fallait oser, distordre à ce point les faits, plier ainsi la réalité à ses délires grandguignolesques, intervertir avec tant de conviction les maux et les remèdes… Non, franchement, chapeau, les artistes !


La raison principale de lacunes aussi abyssales n’est pas très difficile à trouver : il arrive un moment où l’exercice hagiographique finit par handicaper sérieusement l’objectivité ! La détestation viscérale de Barack Obama ne tarde pas à se muer en gigantesque marmite où sont déversées toutes les peurs irrationnelles nourries de comparaisons historiques hasardeuses, et où surnagent les obsessions idéologiques bien droitières de la décadence et du culte du héros martial. Voilà Obama à peine élu que les thuriféraires nostalgiques du Président-Soldat Bush fignolent déjà les contours d’un nouveau mythe de l’Âge d’or ! Le journaliste néoconservateur Guy Millière nous en fournit une preuve supplémentaire dans une chronique écrite le 18 décembre 2008 : « Il faudra du temps pour voir que la fin de la dictature en Irak, les interrogations sur le sous-développement du monde arabe qui en ont découlé, et les conséquences de ces interrogations, doivent beaucoup à la politique visionnaire de George Bush. Ceux qui aujourd’hui pratiquent la détestation, le mépris, la haine, l’ironie finiront par comprendre, trop tard. Peut-être ne comprendront-ils jamais. Qu’importe. Les hommes qui laissent une trace féconde dans l’histoire reçoivent rarement la reconnaissance de leurs contemporains. Il est plus facile d’être un démagogue » ! Aucun doute, en revanche : nul besoin d’attendre des générations pour reconnaître l’imparable « lucidité visionnaire » du « démagogue » bushiste Guy Millière !



POUR EN SAVOIR PLUS

 

Commenter cet article