11 SEPTEMBRE : C’ÉTAIT ÉCRIT DANS LE GRAND LIVRE DU DESTIN !

Publié le par Anomalie

Attention : article humoristique qui ne se prend pas au sérieux ! Les culs-serrés doivent d’urgence regagner le site web officiel des Pompiers de New York pour une information conforme à leurs attentes !


La grand-messe médiatique a inauguré hier sa Collection Automne-Hiver, avec le traditionnel défilé du 11 septembre. Si la compassion patriotique demeure la pièce maîtresse de la collection, la tendance de cette année était clairement à la conspiration. Jean-Marie Bigard, ambassadeur spécial du Président de la République Française auprès du Saint Père, et accessoirement humoriste, a brillamment ouvert la marche avec ses propos révisionnistes sur les ondes d’Europe 1. « On est absolument sûr et certain maintenant que les deux avions qui se sont écrasés sur la forêt et le Pentagone n’existent pas. Il n’y a jamais eu d’avion ! Ces deux avions volent encore. C’est un mensonge absolument énorme ! ». Comme il n’a pas pété au milieu de la phrase, les commentateurs en ont vite déduit qu’il ne plaisantait pas. Car voilà bien le reproche que l’on peut faire aux conspirationnistes : ils ne plaisantent jamais ! Ce n’est pas la triste expertise scientifique dont ils se prévalent pour conférer à leurs fantasmes un semblant de crédibilité qui est le plus affligeant. Non. Le plus insupportable avec eux, c’est ce ton docte qu’ils se sentent obligés d’employer pour asséner leurs théories fumeuses. Ce sérieux est d’un ennui mortel ! Aucune compassion, aucun recul, rien. Leurs élucubrations sont telles qu’un simple sourire ruinerait leur argumentation. Et de se couler alors dans cette gravité qui sied aux savants, en mobilisant des travaux « d’experts » qui pullulent sur la Toile afin de PROUVER, (Mesdames messieurs), de manière absolument IRRRRRÉFUTABLE, (n’est-ce pas), que la version officielle fournie par les dirigeants occultes de nos nations, ce Big Brother planétaire qui vous MENT, grâce à VOS impôts, (oui, oui), eh bien que cette version officielle, (disé-je), s’effondre comme une tour un matin de septembre…


Et nous, pendant ce temps ? On bâille d’ennui. Pour ne pas dire qu’on s’emmerde !


Alors que tout de même, reconnaissons-le, il y a matière à s’éclater avec de tels énergumènes ! Tenez, par exemple : moi, mes préférés, ce ne sont pas les conspirationnistes du « on nous cache tout » ou de « la vérité est ailleurs ». Ceux-là, surmédiatisés, appartiennent à cette catégorie ennuyeuse dont je viens de parler. Ceux qui me passionnent le plus, on les voit moins à la télévision, ils se terrent comme des geeks honteux au fond de leur garage. Et pourtant… Eux au moins, ils sont DRÔLES ! J’ai nommé : les conspirationnistes de « la vérité était déjà écrite », les apôtres de la prémonition ! Alors que les premiers (les ennuyeux) s’abandonnent avec gravité et ennui dans les bras de l’expertise pseudo-scientifique, ceux-là enfourchent avec passion la monture de Nostradamus pour nous guider dans un délicieux voyage dans l’espace-temps. Nous avons tous entendu parler du roman de l’écrivain américain Morgan Robertson, Futility, écrit en 1898. Il y décrit le naufrage du « plus grand paquebot jamais construit par l’homme », le Titan, à la suite… d’une collision avec un iceberg. Faute d’un nombre suffisant de canots de sauvetage, la majorité des passagers de la troisième classe ont péri dans les eaux glacées de l’Atlantique Nord. C’était écrit : 14 ans avant l’épopée tragique du Titanic, le roman fournit un luxe de détails troublants ; du nombre de canots à la description de la salle de bal, en passant par l’orchestre jouant un dernier air sur le pont du bateau, jusqu’au nombre exact de musiciens, tout correspond au fameux Titanic. Le roman de Morgan Robertson n’est donc pas une simple histoire, c’est une prémonition ! Lorsqu’un événement est suffisamment important pour marquer les imaginaires, son « fantôme » navigue hors de la simple ligne du temps pour y laisser des signes que des petits malins s’échinent alors à recouper ! C’est exactement ce qui s’est passé pour le 11 septembre.


En guise de clin d’œil, l’excellent site internet desourcesure.com, en partenariat avec le non moins excellent Bakchich.info, a publié hier un petit article passionnant et hilarant sur ces traqueurs d’images prémonitoires ! Nous vous en proposons ici une petite adaptation. L’article original est consultable ici.


À tout seigneur tout honneur : commençons par la plus grande trilogie science-fictionnelle jamais portée sur grand écran, cette incomparable fresque d’initiation/manipulation de l’humanité, j’ai nommé Matrix. On pensait avoir tout dit, tout écrit, sur ce véritable phénomène de société ; j’ai moi-même, en son temps, apporté ma modeste contribution à l’exégèse globale de ce nouvel Evangile. Eh bien non : tout n’avait pas été dit ! Un détail avait échappé à la sagacité des observateurs minutieux et légèrement fêlés (je sais de quoi je parle !) de Matrix premier du nom, sorti en 1999. Il a fallu sept ans pour qu’un passionné remarque que le passeport de Thomas Anderson, alias Neo, expirait le… 11 septembre 2001 ! Le thème du premier volet de la trilogie étant une humanité ignorante, manipulée par ses dirigeants occultes, il n’en fallait pas plus pour que l’imagination s’emballe et y voie une allégorie annonciatrice des attentats !





Le site darkroastedblend.com a répertorié des images incroyables sur les attentats du World Trade Center. Tirées de bandes dessinées, d’affiches ou d’objets, les photos, prises avant le 11 septembre 2001, font froid dans le dos des frileux, confortent les paranoïaques et font rire les autres ! Voici par exemple une image tirée d’une bande dessinée très populaire en Espagne, Mortadelo y Filemon, qui raconte les aventures de deux agents de l’organisation secrète T.I.A. (Técnicos de Investigación Aeroterráquea). Pour leur 35ème anniversaire (en 1993), Paco Ibanez (leur créateur) écrit plusieurs histoires les mettant en scène dans divers endroits, dont à New York. La dernière image du livre montre un petit détail (ici entouré d’un rond) qui montre un avion s’écraser sur le World Trade Center. En 1987, Paco Ibanez avait imaginé une autre histoire dans laquelle Mortadelo et Filemon devaient empêcher une organisation terroriste arabe de poser une bombe à l’ambassade des Etats-Unis.




Lorsque l’US Mail Service (équivalent de la Poste) laisse son cachet sur le timbre montrant les deux tours, cela donne une image très étonnante…




Enfin, l’image la plus incroyable est tirée du Point du 19 mars 1979 ; il s’agit d’une publicité pour la compagnie aérienne… Pakistan Airlines ! Le Pakistan, l’Afghanistan, Al Qaida, le terrorisme… Je vous laisse faire le lien !




Mais ces « conspirationnistes de la prémonition » ne sont pas tous des boute-en-train. D’autres illuminés, Juifs intégristes millénaristes obsédés par le Code de la Bible ou Chrétiens fondamentalistes voient dans Barack Obama… l’Antéchrist, annonciateur de l’Apocalypse ! Ils en veulent pour preuve les foules immenses venues l’acclamer en Europe, notamment à Berlin (plus de 200.000 personnes), qu’ils mettent en parallèle avec la phrase de l’Apocalypse de Saint-Jean : « il s’en ira séduire les nations aux quatre coins de la Terre » ! John Hagee ne renierait pas ce genre de fumisterie ! 

 

Publié dans Société

Commenter cet article

grandpas 13/09/2008 13:00

C'est toujours comme cela avec les écrivains ratés, ça commence bien et la fin est d' une tristesse déprimante.Pas grave, je vais demander un rab de "Vin de Glace"; cela me remonte le moral.Faîtes attention mon Baudet du Poitou ne prenez pas le bellâtre pour le Messie, il ne faudrat 2000 ans pour s' appercevoir de la supercherie.Bien à vous