TEHERAN, CAPITALE DU NOUVEL ANTISIONISME (PREMIÈRE PARTIE)

Publié le par Anomalie

Depuis l’élection de Mahmoud Ahmadinejad à la tête de la République islamique d’Iran le 3 août 2005, Téhéran s’est imposé comme le nouveau phare de l’antisionisme, au confluent de quatre traditions antisémites et/ou négationnistes : la tradition islamiste, bien sûr, mais également la tradition nationaliste ultraconservatrice, l’islamo-gauchisme, et l’extrême droite. Dans une série de trois articles, nous vous proposons de revenir sur la stratégie provocatrice du Président iranien en analysant la séquence qui s’est étalée d’octobre 2005 à décembre 2006, au travers de trois moments clés :
 

LA CONFÉRENCE DE TÉHÉRAN DU 26 OCTOBRE 2005 INTITULÉE « LE MONDE SANS LE SIONISME

LE CONCOURS DE CARICATURES SUR L’HOLOCAUSTE DE FÉVRIER À NOVEMBRE 2006

LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR L’HOLOCAUSTE DES 11 ET 12 DÉCEMBRE 2006



PREMIÈRE PARTIE : LA CONFÉRENCE DE TÉHÉRAN, « THE WORLD WITHOUT ZIONISM »

 

L’offensive antisioniste de Mahmoud Ahmadinejad s’inscrit dans le vaste mouvement de contestation de l’ouverture réformiste de l’ancien Président Khatami. Contrairement à une idée reçue largement répandue en Occident, Mahmoud Ahmadinejad n’est pas un ultrareligieux, mais un ultraconservateur, proche de l’extrême droite. Certaines décisions politiques du Président, notamment concernant les femmes, ont profondément irrité les Gardiens de la révolution. Les relations entre le Président Mahmoud Ahmadinejad et l’assemblée des experts, collège religieux qui élit le guide suprême de la Révolution islamique, aujourd’hui l’ayatollah Khamenei, sont donc parfois tendues. Si le refus de la reconnaissance de l’Etat d’Israël est une constante en Iran depuis la Révolution, la spécificité de la Présidence de Mahmoud Ahmadinejad est de le corréler à un révisionnisme historique permanent où transparaît une focalisation obsessionnelle sur l’Holocauste. En s’attachant les personnalités de la galaxie négationniste, le Président iranien opère sur un double front : nier ou minimiser la réalité de la Shoah afin de dénier toute légitimité « morale » à l’existence de « l’entité sioniste » sur la terre de Palestine ; falsifier l’Histoire en faisant croire que cette même Shoah est la cause de l’existence de l’Etat d’Israël. En mêlant ces deux interprétations, on aboutit sans mal à une reconstruction historique et complotiste qui est devenue récurrente dans le monde islamique mais aussi parmi les islamo-gauchistes ou l’extrême droite : les Occidentaux ont inventé le mensonge de l’Holocauste pour spolier les Palestiniens de leur terre et y imposer un Etat juif. Pendant plus d’un an, le Président iranien a multiplié les initiatives internationales pour faire de Téhéran le phare du nouvel antisionisme. Le premier acte est constitué par le discours-programme de Mahmoud Ahmadinejad prononcé le 26 octobre 2005 devant 4000 étudiants au cours d’une conférence organisée par l’Association des Sociétés d’Etudiants Islamiques. Intitulée « The World Without Zionism » (« le Monde Sans le Sionisme »), cette réunion jette les bases de l’idéologie qui doit guider le mandat ultraconservateur de Mahmoud Ahmadinejad. Extraits choisis de cette intervention :

 

« Je suis reconnaissant à Dieu de me donner le grand plaisir de prendre la parole dans le cadre de cette réunion si importante. Je suis reconnaissant à Dieu de voir vos visages pieux, vous, enfants de la Révolution, vaillants, conscients, qui comprenez, grâce à votre vigilance et votre intelligence, ce que sont les questions les plus importantes de notre époque et qui participez activement aux questions les plus centrales du monde islamique. Je remercie Dieu de votre présence, vous chers jeunes gens.

 

La véritable question est la suivante : qu’est-ce que c’est que le Sionisme ? Il y a sans doute eu nombre de débats au cours de cette conférence sur ce point et vous avez étudié la question et vous savez sans doute ce que je veux souligner mais il y a un point qui vaut la peine d’être mentionné.

 

[…]

 

La création du régime qui occupe Al-Quods [Jerusalem] a été une manœuvre significative du système dominant et de la Globale Arrogance [l’Occident] contre le monde islamique. Un combat historique est en train d’être mené entre le Monde Oppresseur et le monde Islamique et les racines de ce conflit ont des centaines d’années. Dans ce conflit historique, les lignes de front se sont déplacées nombre de fois. Il y a eu des périodes au cours desquelles les musulmans avaient le dessus, étaient actifs et allaient de l’avant, tandis que le Monde Oppresseur battait en retraite. Malheureusement, au cours des trois cents dernières années, le monde islamique a battu en retraite devant le Monde Oppresseur.

 

Je n’ai pas l’intention d’examiner les racines de cette question et je me concentrerai sur un examen historique des événements. Au cours des cent dernières années, les dernières tranchées du monde islamique sont tombées et le Monde Oppresseur a créé le régime qui occupe Al-Quods pour qu’il soit la tête de pont de sa domination du monde islamique. Tête de pont est un terme militaire utilisé dans le cadre d’une guerre. L’Etat occupant [Israël] est la tête de pont du Monde Oppresseur au cœur du monde islamique. Ils ont construit une base pour pouvoir étendre leur domination sur tout le monde islamique. Il n’y a aucune autre raison d’être pour cette entité sans cet objectif.

 

La bataille qui se joue en Palestine aujourd’hui est donc celle de la ligne de front du conflit entre le monde islamique et le Monde Oppresseur. Aujourd’hui, la nation palestinienne combat le Monde Oppresseur pour la oumma islamique tout entière. Dieu merci, dès que la nation palestinienne s’est prononcée pour une lutte islamique avec des objectifs islamiques dans un environnement islamique et a fait de l’Islam la force dominante qui guide son attitude et ses orientations, nous avons constaté les progrès et les succès de cette nation palestinienne au quotidien.

 

Je dois dire que vous avez choisi un titre tout à fait approprié pour votre réunion [« Le monde sans Sionisme »]. Nombreux sont ceux qui sèment les graines de la défaite et du désespoir dans cette guerre totale entre le monde islamique et le Front des Infidèles, en espérant décourager le monde islamique. Si nous remontons dans notre histoire, nous verrons que nous avions, dans notre pays, un régime qui était très violent, impopulaire, qui dépendait des étrangers et était armé jusqu’aux dents. Des membres de la SAVAK [police secrète du Shah] contrôlaient chaque mouvement et un terrible régime de terreur existait alors.

 

Mais lorsque notre cher Imam [Khomeiny] a dit que ce régime devait être détruit et que nous voulions un monde sans clientélisme, nombre de ceux qui prétendent être, entre autres, des gourous de la politique, ont dit que cela n’était pas possible. Le jour où l’Imam a commencé à bouger, tous les pouvoirs du monde ont soutenu ce régime corrompu. Même après le massacre du « vendredi noir », l’Ouest et l’Est et les pouvoirs régionaux ont tous soutenu ce régime. Mais notre nation s’est battue et cela fait maintenant 27 ans que nous avons un gouvernement qui est indépendant de l’Amérique. L’Imam a dit que la domination exercée par l’Est et l’Ouest doit être détruite mais des personnages faibles, qui ne voient que le petit monde autour d’eux ne l’ont pas cru…

 

Notre cher Imam a ordonné que le régime qui occupe Al-Qods soit rayé de la surface de la terre. Ce qui a été une parole très sage. La question de la Palestine n’est pas une question à propos de laquelle nous pouvons accepter des compromis au coup par coup… Cela signifierait notre défaite. Quiconque reconnaîtrait cet Etat [Israël] signerait la défaite du monde islamique.

 

Dans sa lutte contre l’Arrogance du monde notre cher Imam a désigné la base centrale de commandement de l’ennemi, à savoir le régime qui occupe Al-Qods. Je n’ai aucun doute que la nouvelle vague qui est née dans notre chère Palestine, et dont nous sommes témoins aujourd’hui dans le monde islamique tout entier, bannira bientôt ce fléau de la honte du monde islamique. Cela peut être fait.

 

Nous devons prendre garde aux conspirations. Depuis plus de 50 ans, l’Arrogance du monde a essayé de reconnaître ce faux régime [Israël] et ils ont fait nombre d’efforts d’abord pour le stabiliser et ensuite pour prendre d’autres mesures.

 

Il y a quelque 27 ou 28 ans, ils ont pris une mesure importante dans ce sens et, malheureusement, l’un des pays qui se trouvent sur le front a fait cette erreur et nous espérons que ce pays [l’Egypte] va rectifier cette erreur.

 

Une nouvelle conspiration a été fomentée récemment et continue à se dérouler actuellement. Ils ont été forcés d’évacuer un coin de Palestine et cela leur a été imposé par la nation palestinienne. Mais ils veulent nous faire croire que c’est une victoire finale et ils utilisent l’évacuation de Gaza et la création d’un Etat palestinien comme une excuse pour en finir avec la cause et le but palestiniens.

 

[…]

 

J’espère que, de la même manière que la nation palestinienne a poursuivi sa lutte, ces dix dernières années, elle continuera à être consciente et vigilante. Cette phase va être de courte durée. Si nous la menons à bien, si Dieu le veut, ce sera un premier pas pour l’annihilation du régime sioniste et cela sera ensuite très facile.

 

J’avertis tous les dirigeants du monde islamique de se méfier de cette conspiration. Si l’un d’entre eux fait un pas vers la reconnaissance de ce régime [Israël], alors il brûlera dans les feux de l’oumma islamique, et une honte éternelle sera gravée sur son front, qu’il l’ait fait en subissant des pressions des pouvoirs dominants, ou parce qu’il ne comprenait pas bien, ou par naïveté ou égoïsme, ou pour des raisons matérielles.

 

Le problème de la Palestine est le problème du monde islamique. Ceux qui sont enfermés derrière des portes closes ne peuvent prendre de décisions sur cette question, et la nation islamique ne peut permettre à cet ennemi historique d’exister au cœur du monde islamique ».



Le 8 décembre 2005, au cours d’une interview donnée pour la chaîne de télévision « Al-Alam » pendant le sommet des nations islamiques de la Mecque, Ahmadinejad prépare le second acte de son argumentaire antisioniste : la remise en cause de l’historicité de l’Holocauste. « Certains Etats européens insistent pour dire que pendant la Seconde Guerre Mondiale, Hitler a enfermé des millions de Juifs dans des camps de concentration et les a brûlés. Tout historien, tout commentateur, ou tout scientifique qui se risquerait à émettre le moindre doute sur cette question serait immédiatement condamné et jeté en prison. Nous n’acceptons pas cette vision de l’Histoire. Et quand bien même nous supposions que ce soit vrai, alors les Européens, s’ils étaient honnêtes, devraient donner une partie de leurs territoires – comme par exemple l’Autriche ou l’Allemagne – aux Sionistes, pour qu’ils puissent établir leur Etat en Europe. Offrez une partie de l’Europe aux Sionistes, et alors nous vous soutiendrons ».

 

C’est l’explosion de colère du monde islamique suite à la publication des caricatures du Prophète Mahomet par le journal danois Jyllands Posten, qui allait fournir à Mahmoud Ahmadinejad l’occasion rêvée pour avancer les pions de la provocation sur l’Holocauste.

 

 

VOIR LA SECONDE PARTIE DE CETTE SÉRIE : LE CONCOURS DE CARICATURES SUR L’HOLOCAUSTE. 

Publié dans Islam et islamisme

Commenter cet article