ATTENTAT, UNE DIVINE SURPRISE : LES RÉPUBLICAINS PERSISTENT ET SIGNENT

Publié le par Anomalie

Nous avons vu comment les néoconservateurs ont exploité les attentats du 11 Septembre pour avancer leur agenda idéologico-politique. De la même manière que les anti-républicains français ont mis à profit la défaite éclair de 1940 pour avancer le leur. Charles Maurras a appelé cela d’une formule qui a fait date : une « divine surprise ». Sept ans après la plus grande attaque terroriste de tous les temps, les Républicains récidivent : un attentat sur le sol américain est une « divine surprise ». Le boulet de canon est venu du lobbyiste et principal stratège de la campagne de John McCain, Charlie Black. Le trouble personnage a ainsi déclaré le 23 juin 2008 au magazine Fortune, au sujet d’une attaque terroriste aux Etats-Unis, type 11 septembre 2001 : « Certainement que ce serait un gros avantage pour John McCain ». Il affirme également que l’assassinat « malheureux » de l’ancienne premier ministre pakistanaise Benazir Bhutto a aidé John McCain à remporter l’investiture républicaine, en focalisant l’attention sur le thème de la sécurité nationale. Devant le gigantesque tollé provoqué par cette déclaration, John McCain a dû exprimé publiquement son « profond désaccord » avec le calamiteux Charlie Black, dont il connaissait pourtant depuis longtemps les vues sur la question… En matière d’éthique, le conseiller de McCain en connaît un rayon : il a été le lobbyiste des pires ordures de la planète (voir vidéo). Les commentateurs les plus lucides font valoir avec raison que la position de Charlie Black n’est pas un dérapage, mais la manifestation de la poursuite d’une stratégie de la peur qui a fait les beaux jours de George W. Bush sous l’égide du cynique Karl Rove. En ce sens, le souhait honteux et inavoué d’une nouvelle « divine surprise » qui transparaît en creux dans la proclamation de Charlie Black n’est que la révélation par inadvertance d’une stratégie de campagne. Ayez peur ! La peur permet d’obtenir de vous ce que l’on veut, et de poursuivre le rouleau compresseur de la propagande sur l’imminence d’une attaque sur le sol américain.


 

Commenter cet article