« NOUS TRIOMPHERONS PARCE QUE NOUS DÉTENONS LA VÉRITÉ » (SECONDE PARTIE)

Publié le par Anomalie

Nous vous avons déjà parlé de la synthèse entre la nouvelle manifest destiny néoconservatrice et la montée en puissance du néo-christianisme, de plus en plus éloigné des prédicats du christianisme classique. La jonction entre le néoconservatisme et le fondamentalisme évangéliste s’est faite autour de la seconde génération de néoconservateurs, en adjoignant au messianisme démocratique une dimension religieuse et millénariste. Pour que vous puissiez comprendre l’idéologie qui traverse ce néo-christianisme, nous le résumons ainsi, de manière très didactique :
 

1. Le néoconservatisme professe un « messianisme démocratique » qui a succombé à la religion séculière de l’utopisme. Toute la politique étrangère des néoconservateurs est en effet subordonnée à l’exigence idéaliste de diffuser la démocratie et le capitalisme sur l’ensemble de la surface du globe.


2. Ce messianisme implique d’imposer la liberté au monde par la « guerre permanente » dirigée contre les ennemis de la Civilisation rangés derrière les légions du Mal.


3. Israël est considéré comme la sentinelle de la Civilisation aux portes du royaume des nouveaux barbares, les Musulmans et leur faux Prophète. C’est ici qu’interviennent les néo-chrétiens ou « chrétiens sionistes ».


4. Les évangélistes s’attèlent alors à l’érection des forteresses de la « Nouvelle Alliance », celle du Christianisme évangélique et du sionisme religieux. Les néo-chrétiens savent que la victoire du Christ sur les armées de l’Antéchrist Mahomet ne pourra venir que de grandes croisades menées par cette nouvelle alliance.


5. Sur le plan intérieur, le Bien et la Vérité sont incarnés par les Etats-Unis d’Amérique, nation placée sous le sceau de Dieu pour défendre et répandre les valeurs judéo-chrétiennes contre la « tentation » moderne du relativisme culturel qui conduit inéluctablement à l’affaiblissement moral et à la décadence. L’Amérique doit fusionner l’Eglise et l’Etat puisqu’elle est la nouvelle élue de Dieu sur Terre, investie de la mission de propager Son Message.


6. Seule cette option permettrait au monde libre de retrouver son âge d’or et d’empêcher sa chute. Aujourd’hui, nous sommes à Rome en l’an 400 : il est encore possible d’empêcher l’Histoire de se répéter, si nous décidons de frapper fort. Sinon la chute de la Civilisation occidentale et la victoire de l’Antéchrist mahométan signera une ère de ténèbres et d’obscurantisme comme le monde n’en a jamais connue.


7. Les néoconservateurs sont a) des soldats de la Liberté (dans sa version idéaliste et séculière) ou b) des soldats du Christ (dans sa version messianique teintée de millénarisme évangélique).

 

Tous les thèmes structurants du volet a) du néoconservatisme peuvent être rattachés aux fondamentaux de la « nouvelle droite » européenne : cette « nouvelle droite » refonde totalement le corpus idéologique de l’extrême droite classique ou traditionnelle. Quand l’extrême droite assimile Amérique et judaïsme/sionisme à un complot mondialiste visant à dissoudre les nations, cette nouvelle droite professe la nécessité de se ranger inconditionnellement derrière ces sentinelles de la Liberté menacée. Quand l’extrême droite traditionnelle demeure favorable à l’autoritarisme ou tout du moins au césarisme comme moyen de gouvernement, cette nouvelle droite s’intègre parfaitement au jeu parlementaire. En revanche, ce sont les mêmes obsessions récurrentes de l’extrême droite à l’œuvre dans la nouvelle droite : fièvre obsidionale (syndrome de l’encerclement), paranoïa nourrie de théorie du complot (la cinquième colonne musulmane phagocyte les institutions des pays hôtes pour servir le dessein d’extension mondiale du dar al-islam préparé en amont dans les Etats islamisés), doute systématique jeté sur les informations des médias mainstream (désinformation permanente et intentionnelle qui est la conséquence de la soumission au politiquement correct et à la dhimmitude), nostalgie d’un âge d’or révolu et nécessité corollaire de refonder la société sur des bases morales fortes voire religieuses. Poussée à l’extrême, c’est cette matrice néoconservatrice qui, mêlée au fondamentalisme religieux, aboutit au monstre du christianisme sioniste qui se constitue patiemment aux Etats-Unis. 

 

Voilà ce que dit Becky Fisher, pasteur pentecôtiste pour enfants (suivie par la caméra du documentaire Jesus Camp), se faisant ainsi la porte-parole de millions d’évangélistes : « aujourd'hui, nous sommes engagés dans ce qu’ils (les musulmans, ndlr) appellent une guerre culturelle. Cette guerre, ce n’est pas nous qui l’avons déclarée : mais c’est eux contre nous. C’est la guerre, et nous appelons à nous la puissance du Christ ! Regardez nos ennemis : eux, ils mettent le paquet sur leurs enfants ! Ils leur apprennent le maniement des armes et des grenades, ils leur donnent envie de se faire exploser. Eh bien moi, je veux que vous, vous soyez totalement donnés à la cause de Jésus-Christ ! Tout ce que vous entendez ici, recevez-le comme des prophéties, et faites-en de la guerre ! C’est la guerre, c’est la guerre, c’est la guerre ! Chaque jour, c’est la guerre totale : que la bataille commence, alléluia ! »

 

« La démocratie... ! Mais, à la fin des fins, leur démocratie, elle va nous détruire ! »

 

La majorité des Protestants américains refuse encore (pour l’instant…) cette régression vers le fanatisme et l’obscurantisme. À la suite du succès phénoménal de Jesus Camp, qui a bouleversé l’opinion publique qui refusait de prendre la mesure de l’ampleur de cette folie religieuse, le camp de rééducation de Becky Fisher a été saccagé, elle a reçu des menaces de mort et a dû, selon ses propres mots « réorienter l'enseignement spirituel (sic) des enfants vers d’autres activités ». On n’ose imaginer lesquelles… Un pasteur cité par le documentaire ne pouvait que lâcher, attristé : « aujourd'hui, il y a là-dedans une nouvelle forme de religion. Quelque chose de nouveau, depuis que Matthieu a écrit son évangile. Je suis chrétien depuis toujours : ces fondamentalistes n'ont rien de généreux, de compassionnel, de miséricordieux : c'est le contraire du christianisme ! Une nouvelle religion, qui n'a rien à voir avec le message du paix du Christ. Ils répètent que nous sommes engagés dans une guerre... Et ils ont grignoté le pouvoir, petit bout par petit bout : pouvoir judiciaire, économique, financier, politique, militaire, etc… ».

 

Ces wahhabites du Christ sont les alliés rêvés des islamistes et des djihadistes, leur pendant parfait, les compagnons dont ils n’avaient osé rêver pour entrer dans leur jeu mortifère : la guerre des civilisations. 

Commenter cet article